• On oublie vite ce qui nous fait mal. Et pourtant...

    JESS

    " Je ne te connais pas. Tout ce que je sais, c'est que tu es en train de lire ça.
    Je ne sais pas si tu es contente ; si tu es jeune.
    J'espère en un sens que tu es jeune et triste.
    Si tu es vieille et heureuse, j'imagine que tu vas faire un sourire en coin
    en m'entendant dire : " il m'a brisé le coeur. "
    Tu te souviendras d'un garçon qui t'a brisé le coeur
    et dans ton for intérieur tu te diras : oh ! oui, je me souviens de ce que ça fait.
    Sauf que tu ne peux pas, espèce de vieille bique.
    Oh ! Possible que tu te rappelles une sorte de tristesse agréable.
    Tu te revois peut être en train d'écouter de la musique
    en mangeant du chocolat dans ta chambre,
    ou en train de marcher sur les quais toute seule, emmitouflée dans un gros manteau,
    te sentant solitaire et courageuse.
    Mais est-ce que tu te rappelles qu'à chaque bouchée
    tu avais l'impression de croquer dans ton propre estomac ?
    Tu te souviens de ce vin rouge qui remontait pour finir en éclaboussures dans la cuvette des toilettes ?
    Tu te souviens d'avoir rêvé chaque nuit que vous étiez encore ensemble,
    qu'il te parlait gentiment et te caressait,
    si bien que chaque matin au réveil, il fallait tout reprendre à zéro ?
    Tu te rappelles avoir gravé les initiales de ce mec sur ton bras avec un couteau de cuisine ?

    Tu te rappelles avoir été trop près du bord, sur le quai du métro ?
    Non ? Alors boucle-là.
    Ton petit sourire en coin,
    tu peux te le carrer dans ton gros cul tout flasque, la vioque. "


    "Vous descendez ?" ,
    Nick Hornby


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :